C'est la rentrée - Mémoriser les premières leçons

Publié le par Maëlle B.F.

C'est la fin de la série "article de rentrée". Si tu es parent et que ton enfant est à l'école, il doit déjà avoir ses premières leçons à retenir. Et pour certains, c'est très difficile. Je vais donc te parler d'astuces pour mémoriser bien plus facilement et améliorer le bien être et la compréhension à l'école (mais cela fonctionne pour les adultes également).

Apprendre à mémoriser : pas si facile

C'est la rentrée - Mémoriser les premières leçons

Nous avons tous des techniques pour apprendre ; celles-ci sont plus ou moins efficaces. Certains ont besoin de lire plusieurs fois, on parle de mémoire visuelle, d'autres parlent à voix haute, on parle de mémoire auditive, d'autres sont obligés d'écrire, bouger, triturer leur crayon, on parle de mémoire kinesthésique... Et puis, il y a ceux qui ne font rien de spécial mais qui retiennent facilement les choses dont ils ont besoin.

En réalité, ceux qui ne "font rien" ont simplement utilisé d'autres façons de faire. Ils auront par exemple retenu que c'était Pierre qui a proposé d'aller boire un verre et se souviendront parfaitement de l'adresse du lieu proposé, ils se souviendront de la blague faite par un de leur camarade au moment où le professeur expliquait un élément du cours, d'un élément vestimentaire du conférencier...bref pour eux, la mémorisation s'appuie sur le moment présent, sur l'affectif et utilise toute les autres formes de mémoire.

Même si nous avons des affinités avec telle ou telle type de méthode pour apprendre, le plus efficace est de les coupler ensemble.

Tu le sais peut-être mais je suis professeur d'histoire-géographie. Je ne compte pas le nombre de fois où un élève malheureux à la fin d'une évaluation m'a dit "j'avais bien appris le cours. Je savais parfaitement où était dans mon cahier la partie sur la mondialisation, les mots clefs étaient soulignés en rouge..." En fait, cet élève qui tenait bien son cahier et avait dû relire la leçon plusieurs fois, avait mémorisé des éléments mais pas les bons. Il avait retenu l'agencement de son cahier, les couleurs utilisées, mais devant sa copie, il ne revoyait que la page de cours (bien semblable aux autres malgré le surlignage etc) et ne savait plus vraiment de quoi parlait ses paragraphes bien présentés.

En se limitant à un seul type de mémorisation on risque de faire du bête par coeur et ne pas donner de sens à son apprentissage. C'est pour cette raison que le plus gros du travail se fait en classe. Pour retenir sur le long terme, nous devons nous approprier les choses au maximum.

Je vais parler ici de mon expérience pour rendre cela plus concret. En géographie par exemple, il est important d'ancrer le propos dans la réalité. Les pays mentionnés vont être affichés sur un globe terrestre physique ou virtuel en leur associant des photographies, des éléments de culture (langue, type de cuisine, grands évènements) bref l'idée est de créer une histoire, un vécu. On se souvient bien généralement de l'emplacement du pays où on est partie en vacances même si on est nul en géographie. En histoire, tu comprendras l'importance des sorties sur le terrain, visites de musée, et l'importance des histoires personnelles.

Bon c'est bien gentil que je te dise tout ça, mais parfois ça ne suffit pas. Sinon tout le monde réussirait. On aurait pas besoin de passer une heure à apprendre une leçon avec biquet (ou de lire cet article ^^).

Quand l'apprentissage est difficile

 

La méthode dont je vais parler ici est très utile (plus de deux semaines après je peux encore répéter une liste de 10 mots qui n'ont pas de lien entre eux sans efforts et dans le désordre, youhou). Cependant, je pense qu'elle est peut-être plus adaptée au primaire qu'au collège. Dans tous les cas, il faut insister avant tout sur le sens de l'apprentissage (ce sera surtout vrai pour les mathématiques).

C'est grâce au blog les Supers Parents que j'ai découvert la méthode de Matthieu Prottin (il n'est pas le seul à l'utiliser bien sûr). Ce professeur des écoles s'est inspiré des dernières recherches en neuro-sciences pour améliorer l'apprentissage des multiplications mais aussi des règles orthographiques. Ses principes sont applicables ensuite à tous les domaines. Je précise que ce n'est pas un article sponsorisé même si ses vidéos comportent toujours une mention pour acheter ensuite ses produits (mais c'est normal en fait, et puis ça peut en intéresser certains).

Il dégage 4 étapes primordiales pour mémoriser durablement :

_ l'imagination

il faut traduire sous forme d'images visuelles les éléments importants

_ les associations

notre cerveau fonctionne par associations. En associant plusieurs images dans notre apprentissage, se souvenir d'une fera qu'on se souvient des autres

_ la verbalisation

il ne suffit pas de visualiser, il faut exprimer et décrire ce que l'on voit.

_ l'humour

plus les associations sont étonnantes, amusantes, marquantes, plus elles seront retenues facilement

Source : PDF extrait de la conférence de Matthieu Prottin donné dans l'académie de Lille

Les applications sont différentes suivant les disciplines. Le mieux est de pouvoir dessiner (sur un cahier de révision par exemple) mais rien n'empêche d'utiliser des photographies.

J'ai vraiment trouvé génial son travail sur les règles orthographiques et l'apprentissage d'un lexique. Il propose ainsi d'apprendre les exceptions pour les pluriels en -eau et -eu en associant chaque mot à un dessin et en fabriquant une histoire avec chacun d'eux.

 

Oui je sais tu as vraiment l'impression qu'on veut te vendre un truc mais qui aura retenu toutes les exceptions ? qui sera tout content ^^

Pour la découverte du champs lexical de la lumière, le dessin là aussi va être utile. Chaque mot se reliant aux autres pour créer du sens.

source : http://netia59a.ac-lille.fr/iendouaicantin/pedagogie/maitrise_de_la_langue/Protin_C1_lexique.pdf

source : http://netia59a.ac-lille.fr/iendouaicantin/pedagogie/maitrise_de_la_langue/Protin_C1_lexique.pdf

Associer une image réelle au mot à retenir est tout bête, mais pas forcément systématique en classe et c'est très dommage.

Pour les tables de multiplication, chaque nombre devient le héros d'une histoire dont le dénouement est le résultat.

Bon les amoureux des mathématiques et professeurs de la matière vont s'arracher les cheveux car apprendre des multiplications par coeur ça n'a pas vraiment d'interêt si ce n'est pour gagner du temps. Il ne faut pas oublier le sens de 3x6 : je donne 3 bonbons à 6 enfants par exemple. Retenir seulement l'image mentale handicapera ensuite l'enfant qui devra faire du calcul mental. Mais, pour des enfants très en difficultés ou pour les têtes de linotes, pourquoi pas.

Voilà, je ne peux résister à l'envie de te faire partager cette technique amusante pour faire des multplications très rapidement (si j'avais su à l'époque).

moi je suis fan (bon oui je suis nulle en calcul mental donc ça me plait ^^)

Et petit dernier pour la route : marre que loulou ait déjà 3 croix pour oubli de cahier ? Fais-lui un planning pour remplir son sac le soir. Je suis sûre que ça s'améliorera. L'idée, il remplit chaque case de son emploi du temps avec les affaires à apporter. Le soir au moment de faire le sac, il regarde le planning.

C'est la rentrée - Mémoriser les premières leçons

Commenter cet article