La guerre 2.0 : la mort en direct dans vos maisons

Publié le par Maëlle B.F.

Télévision ou ordinateur, c'est la même chose, on reste passif face à la mort d'autrui

Télévision ou ordinateur, c'est la même chose, on reste passif face à la mort d'autrui

Alep.

 

Le monde entier a regardé sa chute en restant bien impuissant finalement. Et non, le quotidien de ces gens étalé au grand jour par les journalistes n'a malheureusement pas changé grand chose aux morts aujourd'hui.

 

Je me sens triste, pleine de compassion. Mais j'ai aussi un grand sentiment de malaise. Cette situation, on a contribué à la créer. Nous avons encouragé et armés les rebelles puis nous nous sommes retirés quand il aurait fallu assumer de les soutenir. Oui mais la situation est plus compliquée, oui mais tous les rebelles n'étaient pas modérés, oui mais certaines puissances ont mis leur véto pour l'intervention de l'ONU...Bref, je ne suis absolument pas experte du sujet loin de là, mais tout ça me donne la nausée. Nos dirigeants portent aussi la responsabilité de ces morts.

 

Cette surmédiatisation, ces beaux mots, ces condamnations catégoriques...tout cela sera oublié dans un an. Mais on aura tous vécu cette guerre, scotché devant nos écrans à nous émouvoir.

 

Je salue et respecte infiniment ceux qui ont aidé, secouru, écouté ces gens mais je pense qu'il faut rester conscient que c'est une guerre que l'on a choisi de médiatiser.

 

Dans l'ombre, loin des caméras, le Burundi connait un génocide et compte des milliers de morts. Les arrestations, les tortures et les disparitions sont le quotidien des populations. En République démocratique du Congo (RDC), les massacres font partie du décor. Là aussi les hommes, les femmes, les enfants, les bébés sont tués, et/ou violés depuis un an maintenant. (petit aperçu des récents articles sur le sujet pour te donner envie de te renseigner si tu n'es pas au courant : pour le Burundi et pour la RDC )

 

Chaque vie humaine mérite notre compassion, nos larmes. Les morts d'Alep sont aussi importants que les morts de RDC. Un crime de guerre est un crime de guerre. Demandons-nous simplement pourquoi nous avons braqué notre projecteur sur la Syrie et pourquoi nous n'avons fait que contempler cette guerre civile.

 

- Si tu aimes ce que je fais pense à demander avant d'utiliser cette image :) -

Commenter cet article

Marie N. 21/12/2016 13:41

:'( Tellement vrai... Que ce soit pour la Syrie, pour le Burundi ou pour la RDC. Pour tous, finalement... On le sait, la médiatisation et les préoccupations des gens ont souvent deux poids deux mesures... mais heureusement qu'il y a encore des gens comme toi pour garder les yeux ouverts et encourager les autres à faire de même !
Je pense que comme pour beaucoup de choses, le choix des sujets d'actualité se fait en fonction de ce qui se lira/vendra le mieux... Nous sommes dans un monde où l'économie dirige tout. Si notre oeil (oui, je pense à Sauron là tout de suite !) est braqué sur la Syrie, c'est que les gens sont avides de lire leur vie massacrée et piétinée sous leurs yeux.
Je pense qu'on peut changer les choses, à condition de se réunir tous. En Islande, ils n'en sont pas loin. A nous de suivre leur exemple !

Maëlle B. F. 21/12/2016 14:25

Oui, parfois je suis enthousiaste et parfois beaucoup plus pessimiste :(

Rebecca G. 14/12/2016 21:36

Une réflexion douloureuse. En effet, tous ces morts et l'indifférence du monde fait mal...

Maëlle B. F. 14/12/2016 22:04

Oui ... :'(