Elections présidentielles : rien de nouveau sous le soleil

Publié le par Maëlle B.F.

Les élections approchent, peut-être es-tu toi aussi lassé(e) par cette mascarade grotesque !

Le monde diplomatique a republié un article de Christian de Brie de 1987 et finalement rien de nouveau sous le soleil :( . Alors, que disait-on à l'époque de la politique ? Petits extraits choisis (tu noteras la qualité d'écriture bien loin des médias actuels...).

Sur les élites dirigeantes :

"Enfin, l’incompétence des élites dirigeantes est confortée par l’isolement que leur confère un statut de caste supérieure. Que ce statut soit acquis dès le départ par l’origine sociale privilégiée ou en cours de route par la conquête ou la cooptation, qu’il concerne les héritiers ou des parvenus, il rend inapte à comprendre et à partager les préoccupations et les centres d’intérêt du plus grand nombre. Vivant durablement dans des conditions matérielles hors du commun, disposant discrétionnairement de tous les moyens et de toutes les facilités - de communication, d’information, de circulation et de voyages, de réception, d’hébergement et de villégiature - travaillant dans le luxe des palais nationaux et des sièges sociaux feutrés, entourés d’un personnel prévenant et habile à déblayer devant eux toutes les difficultés et tracasseries de la vie quotidienne, ne fréquentant que des gens de leur condition, ils ne rencontrent le peuple des autres citoyens qu’à l’occasion de tournées électorales et de bains de foule, de visites d’ateliers ou d’arbres de Noël de sociétés."

Sur le fonctionnement des entreprises :

"Quant aux administrateurs et PDG de sociétés, détenteurs et représentants du capital, ils risquent surtout l’emploi et l’argent des autres et leur responsabilité juridique est toute formelle. Dans les sociétés anonymes, tout le pouvoir appartient aux actionnaires réunis en assemblée générale ; mais ce pouvoir, ils ne l’exercent que quelques heures par an, le temps de le déléguer au conseil d’administration, après lui avoir donné quitus et approuvé son rapport."

Sur le fonctionnement de notre démocratie :

"Les démocraties garantissent à tous le droit de dire ce qu’ils veulent et réservent à quelques-uns le droit de faire ce qu’ils veulent. En toute impunité. Au demeurant, comme le constatait avec un tranquille cynisme Georges Pompidou : « Il ne s’agit pas pour les électeurs de choisir leur avenir. Il s’agit de choisir la personne à qui ils confieront cet avenir pour un certain nombre d’années. » "

Et je finirai par un dernier qui donne une explication à l'inquiétante médiocrité des solutions données par nos politiques :

"Ce n’est évidemment pas l’intelligence des hommes qui est en cause mais le décalage entre la dimension des événements et la capacité des dirigeants à les maîtriser. A cet égard, ils ont largement atteint leur seuil d’incompétence. Ils ne peuvent agir que dans un espace-temps restreint qui n’est pas celui, beaucoup plus vaste, des problèmes qui traversent le monde et des solutions qu’ils attendent. Au mieux, les politiques peuvent tenter d’intervenir globalement, sur l’ensemble des secteurs, mais seulement dans les limites territoriales de l’Etat et pour la durée de leur mandat (quatre à cinq ans en moyenne). Les dirigeants des grands groupes multinationaux peuvent développer une stratégie mondiale, mais seulement dans un domaine déterminé et dans les limites des perspectives du marché (dix à quinze ans au maximum)."

 

Alors c'est vrai que ce n'est pas très joyeux comme bilan, que l'on peut être tenté d'être démoralisé. Mais, comme le prouve cet article, ce constat n'est pas nouveau.

Arrêtons de nous lamenter et essayons de réfléchir réellement au monde que nous allons laisser à nos enfants.

Quels en sont les nouveaux enjeux ? Quels sont nos priorités ?

Je suis persuadée qu'une partie des solutions doit venir du local et que c'est en reconnectant les gens entre eux que l'on saura réellement de quoi nous avons besoin. Bref, cela sonne très bisounours, mais pourtant, c'est en aidant la mamie du 5ème à monter ses courses que l'on contribue au maintien des personnes agées dans leur maison, c'est en partageant sa voiture pour un trajet que l'on diminue le nombre de voiture, c'est en partageant des plans en open-source que l'on permet aux gens de faire eux-mêmes leur éolienne, leur maison, leurs travaux.

Il est temps de redevenir acteur, de se retrousser les manches et de ne pas croire que tout sera réglé par le choix du bon candidat.

Bien sûr, quand nos boulots deviennent trop lourds, quand on est un parent solo, quand le milieu du mois voire le début est difficile, dur de se dire qu'on va en plus devoir donner de son temps et réfléchir à des solutions nous-mêmes. On aimerait que les autres pensent à nous, ceux qu'on a élu, c'est leur job après tout ?

Pourtant, on se traiterait bien mieux, si on se prenait nous-mêmes en charge.

 

semons les graines d'un monde nouveau ;)

semons les graines d'un monde nouveau ;)

- Si tu aimes l'illustration, pense à demander avant de l'utiliser ou cite-moi :) -

- Pour ceux que ça intéresse distress ink et tampon -

Commenter cet article

Caroline 29/03/2017 19:55

Les élections belges sont dans un an, le vote est obligatoire ici et c'est la première année où je vais aller voter vu qu'en 2018 je serai majeure :p
Mais bon... ça ne s'annonce pas mieux qu'en France ;)

Maëlle B. F. 29/03/2017 21:12

Oui, je pense que c'est à peu près la même chose dans toute l'Europe :(

Mais bon, il faut quand même faire un choix pour ne pas être passif devant la situation je pense. Ce qui n'empêche pas de s’investir dans des projets annexes, au contraire !