Le monde a changé

Publié le par Maëlle F.

J'ai réalisé que le monde avait changé.

 

Officiellement je veux dire, la plupart des choses étaient en gestation depuis des années mais c'est vraiment ces derniers mois que j'ai arrêté de croire que les choses allaient dans le bon sens.

 

Depuis quand les sommités de la recherche médicale de notre pays sont-elles contredites et ramenées à de vulgaires agitateurs, eux qui hier faisaient école ? (et il n'y a pas que le très médiatisé professeur Raoult)

 

Quel est ce monde où la gratuité est synonyme d'interdit mais où consommer donne des droits ?

 

Je peux aller au cinéma et enlever mon masque une fois à ma place, aller au restaurant, mais je n'ai pas le droit de faire une pause goûter à l'université, marcher à l'air libre dans certaines rues.

 

Je peux faire du shopping, essayer tout un tas de vêtements (et oui enfiler un t-shirt ou une robe annule tout le bénéfice de porter un masque), mais je n'ai pas le droit de me marier.
Je peux aller dans les bars la nuit mais pas rester sur la plage.

 

Quel est ce monde qui masque les femmes enceintes même pendant la poussée, étouffe les enfants à l'école et tue ses vieux par trop d'isolement ?

 

Quel est ce monde où les élites, même politiques, peuvent prendre des selfies lors de soirées mondaines sans geste barrière mais interdit les enfants qui ne sont pas de la même classe de jouer ensemble grâce à des récréations en différé ?

 

Quel est ce monde qui ignore la pollution, les cancers, les nombreuses maladies et défaillances du corps humain pour ne retenir qu'un virus qui n'est pas mortel pour la majeure partie de la population (petite astuce de privilégier un décompte total du nombre de morts depuis le début de la pandémie et non un nombre journalier) ?

 

Le risque zéro est revendiqué comme un but ultime : restons tous à distance les uns des autres, arrêtons les embrassades, accolades, baisers, étreintes...et ce même à l'intérieur de la cellule familiale, même à l'intérieur des couples.

 

Le particulier est devenue général, pour quelques personnes qui sont en danger (et c'est terrible pour elles et leurs proches), on paralyse un monde entier.

 

Certains services sont déjà au bord de la saturation alors qu'il y a peu de cas en réanimation, normal vu que pendant le confinement à part applaudir le personnel soignant il n'y a pas eu de véritables changements dans le monde hospitalier.

 

Première fois dans notre histoire d'humain que l'on peut voir une telle solidarité pour son prochain !

 

Quel est ce pays qui s'affiche pays de la liberté d'expression mais prend le chemin d'une grande intolérance et d'un puritanisme nauséabond en interdisant aux uns de s'habiller selon leur foi aux autres selon leur goût ?

 

Quel est ce pays qui ne donne pas assez de moyens à ceux chargés de nous protéger, de nous garder en sécurité, qui oublie de les former assez et qui en transforme certains en cowboys qui refusent toute critique ?

 

La pilule possède à chaque fois un enrobage louable.

 

La lutte contre le négationnisme instaure une histoire officielle et politique à la place de la recherche historique et de la priorité à l'esprit critique, la lutte contre le terrorisme musèle les opposants au pouvoir, la lutte contre le décrochage scolaire institue les écrans comme source d'apprentissage dès le plus jeune âge en contradiction totale avec toutes les neurosciences, la lutte contre les violences et incivilités encourage la délation, la surveillance et la défiance envers ses voisins.

 

Le monde est-il au moins devenu plus sûr ? Non ! Et le pire dans tout ça c'est que nous avons abandonné volontairement notre souveraineté.

 

Elon Musk doit être heureux, si nous sommes tous capables de nous connecter directement grâce à une puce à un monde virtuel, à nous les câlins sans entraves, la joie des fêtes.

 

Un consommateur, nous sommes réduits à des consommateurs.

 

Mais chut peut être qu'à cause de cet article on va me classer du côté des complotistes, dérangés du bocal et autres extrémistes. A-t-on encore le droit de dire que les choses sont gérées d'une façon aberrantes, a-t-on le droit de vouloir changer et améliorer les choses ?

 

 

P.s. Je précise que je portais un masque dans les magasins quand il n'était pas encore obligatoire, j'ai respecté un isolement strict lorsque j'ai eu un rhume au cas ou.. et je me suis même faite tester pour ne prendre aucun risque...pour un rhume.

Donc non je ne suis ni anti-masque, ni anti-flic, ni anti-médecine. Juste une citoyenne assez désemparée, et je demande, que faire, comment refuser ce nouveau monde ?

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article